La règle des 40% : le secret simple de la réussite

Il n’y a pas de pénurie de livres d’affaires sur le marché. La plupart déclarent détenir le secret du succès et de la richesse.

Souvent, ils proposent des tactiques que les entrepreneurs peuvent utiliser pour organiser leurs plans financiers et booster leurs performances en termes de chiffre d’affaires.

Rares sont ceux qui parlent de la vérité immuable sur ce qui sépare les plus performants des autres. Je parle des gens qui peuvent faire plus, se surpasser et supporter plus que ce que nous croyons communément possible.

Ce trait rare porte plusieurs noms : le courage, la persévérance, le dévouement, l’ambition, mais ce qui le décrit le mieux est « la règle des 40% ».

Épinglez l’image ci-dessous dans l’un de vos tableaux Pinterest pour toujours l’avoir avec vous au besoin.

 

La clé pour réussir : la force mentale

Avez-vous lu le livre de Jesse Itzler « Living with A SEAL » ?

Dans ce livre, Itzler décrit comment il a embauché un Navy SEAL pour venir vivre avec lui et sa famille pendant un mois. Le Navy Seal avait pour objectif de leur enseigner les leçons de force mentale.

La règle des 40% est simple : lorsque votre esprit vous dit que vous avez terminé, que vous êtes épuisé, que vous ne pouvez pas aller plus loin, vous n’êtes qu’à 40% de réussite.

L’esprit humain est une chose incroyable. Il nous pousse à aller de l’avant, mais en même temps nous retient.

La règle des 40% nous rappelle que peu importe à quel point nous nous sentons épuisés, il est toujours possible de puiser dans une réserve inexploitée d’énergie, de motivation et de dynamisme que nous possédons tous.





Si c’est trop dur pour tout le monde…

Vous n’avez surement jamais vécu avec un SEAL, mais mon père est à peu près l’équivalent civil le plus proche que vous pourrez trouver.

En grandissant, on m’a toujours dit : «si c’est trop dur pour quelqu’un d’autre, c’est bon pour nous.»

C’était une phrase que j’aimais et que je détestais. Je l’ai aimé quand cela parlait de défis académiques, d’entreprises ou de choix éthiques. Je l’ai détesté, cependant, quand cela était dit lors d’une randonnée exténuante ou d’une autre activité sportive.

Néanmoins, son mantra a, à bien des égards, façonné le cours de ma vie. Essentiellement, cela signifie que notre capacité à faire face aux défis, aux difficultés et aux revers est définie non par notre capacité, mais plutôt par notre état d’esprit.

Le simple fait de le dire renforce le principe de base de la règle des 40%. En grandissant, toute ma vision du monde tournait autour du fait que je devrais, et pourrais être plus fort que n’importe qui.

 

La règle des 40% pour réussir ce que vous entreprenez

Winston Churchill a déjà fait remarquer que «le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme».

Je n’ai jamais trouvé une description plus appropriée de l’entrepreneuriat. Le succès n’est pas la question d’être plus intelligent ou plus dur que n’importe qui d’autre. C’est une question de ne jamais abandonner.

En tant qu’entrepreneur, j’ai fait face à d’innombrables échecs. Les produits ont échoué et j’ai épuisé mon argent plus d’une fois.

Toutes sortes de barrages routiers et de défis se sont dressés devant moi, mais je n’ai jamais abandonné.

Chaque fois que je sens que je ne peux tout simplement pas continuer, et c’est arrivé plusieurs fois, je me rappelle que je ne suis même pas à mi-chemin. Seulement à 40%.





Il faut creuser profondément

Si j’ai appris quelque chose tout au long de mon parcours entrepreneurial, c’est que l’esprit humain est capable de bien plus que ce que l’on peut imaginer.

Le problème est que notre société, en particulier ceux nés après 1980, ont appris à fuir les difficultés. La douleur et la souffrance sont des choses à éviter à tout prix, et si quelque chose est trop difficile, nous nous enfuyons tout simplement.

Ce que nous ne réalisons pas, cependant, c’est que le chemin de la grandeur est pavé de douleur et de souffrance.

Que l’on parle d’argent, de sports, de relations ou de rôle parental, rien n’est facile quand il y a de la valeur.

Lorsque nous ne parvenons pas à nous surpasser et à accepter la douleur dans nos vies, nous rejetons par inadvertance des choses de valeur et de substance.

La règle des 40% est quelque chose que nous devrions tous vivre, que ce soit dans les affaires ou la vie en général. Chacun d’entre nous peut apprendre à creuser plus profondément et à nous pousser plus loin que ce que nous n’aurions jamais cru possible.

Ce n’est qu’en agissant ainsi que nous pourrons aller d’échec en échec sans perdre notre enthousiasme, comme l’a dit Churchill.

Il s’avère que le vrai secret du succès est aussi simple que brutal et difficile à maîtriser.


J’espère que cet article vous a plu. Si vous avez d’autres astuces à partager, n’hésitez pas à les mettre dans les commentaires ci-dessous.

N’hésitez pas à nous suivre sur Pinterest. Merci de votre lecture 🙂 ! Chris Myers sur Forbes

 


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.